BookCrossing Romandie

Version complète : Pour bien débuter la nouvelle année. je prends le temps de lire...
Vous consultez actuellement la version basse qualité d'un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Pages : 1 2 3 4 5
J'ai terminé ce matin "La petite communiste qui ne souriait jamais" de Lola Lafon.

Intéressant....
Le Terre del Sacramento, de Francesco Jovine.
Dans le Molise, une région d'Italie méridionale, Luca Marano a renoncé à devenir curé et quitté le séminaire. Quant à Enrico, un propriétaire terrien, il décide d'épouser une femme nettement plus jeune que lui, Laura.
Entre les blagues et frasques nocturnes des jeunes du patelin, la petite vie tranquille des quelques 50 avocats établis dans le district et les espoirs des uns et des autres, F. Jovine montre les aspirations et désillusions qui déchirent les gens dans une petite communauté centrée sur ses hameaux, une petite ville, ses domaines et ses bestiaux. Intéressant, assez proche du réalisme voire du naturalisme.
Longtemps que je n'avais plus lu en italien.
"El ultimo lector" De David Toscana. Les premières pages donnent vraiment envie de s'y plonger.
(01.01.2017 16:47)Ydam21 a écrit : [ -> ]"El ultimo lector" De David Toscana. Les premières pages donnent vraiment envie de s'y plonger.

Pour ma part je ne l'avais pas aimé...

La couleur du lait de Nell Leyshon:Un livre qui était sur ma liste de souhait et que C-Maupin m'a gentillement envoyé. Ce livre relate l'histoire de Mary une jeune fille de la campagne Anglaise. On se laisse porté par le style bien particulier de ce livre.

Un ange est passé de Frank Ronan, un livre pris dans la dernière boite à livre ou 2 jeunes anglais (décidement j'aime bien les livres sur les anglais ces temps) un aristocrate, l'autre paysan se lient d'amitié bien particulière.

A l'encre Russe de Tatiana de Rosnay:
comme toujours j'adore cet auteur. Cet opus parle d'un écrivant qui du jour au lendemain atteint la gloire.
N'ayant guère bougé de chez moi en ce 1er janvier, j'ai lu abondamment.
Fini Le Terre del Sacramento de Francesco Jovine. Roman qui, parsemé de scènes cocasses, chemine vers le tragique. Beaucoup aimé en tout cas.
(01.01.2017 16:47)Ydam21 a écrit : [ -> ]"El ultimo lector" De David Toscana. Les premières pages donnent vraiment envie de s'y plonger.

Ha bien moi j'avais pas croché Tongue
Suspense et pas seulement. Alamut se lit comme un roman d'aventures. Sauf que ça n'en est pas un. Vladimir Bartol a publié Alamut en 1938. Oublié, l'ouvrage a été réédité longtemps après (éd. Phébus pour celui que je lis).
Iran, vers 1092. Halima, une jeune fille vendue comme esclave, arrive dans une mystérieuse forteresse. Peu après, Ibn Tahir rejoint le même "nid d'aigle". Oasis en montagne ? Palais ? Le lecteur découvre peu à peu un repaire perché en altitude où des jeunes s'entraînent au combat. Le tout en prêtant allégeance à un mystérieux chef guerrier et spirituel, Hassan al Saba. Ces hommes sont des Ismaïliens, membres d'un courant minoritaire chiite. (On dit également Ismaéliens).
Soudain, l'annonce: une armée turque marche vers la montagne... Alerte.

Vladimir Bartol (1903-1967) n'a jamais imaginé le côté prémonitoire de son récit. Il décrit un groupe radical de combattants politico-religieux au Moyen-Orient. Depuis 1938, son roman a pris une glaçante actualité. Tout au plus, Bartol s'en prenait-il, à travers cette intrigue perçue alors comme exotique et inattendue, aux dictateurs de son temps.
Je lis "Leaving Las Vegas" de John O'Brien, un roman bien sombre, cash, glauque.
Une plongée dans le sordide qui a un côté bien dépaysant !
http://www.bookcrossing.com/journal/13603205/
J'ai lu Le Monde à côté, de Driss Chraïbi. L'écrivain marocain né en 1926 (disparu entre-temps, me susurre Qalaat) n'invente ici aucune fiction. Il retrace des anecdotes. Souvenirs de l'île d'Yeu (île atlantique) du Maroc, de Paris, de l'Alsace, du Québec... Des interviews, des émissions de radio, des histoires d'amour qui tiennent plus ou moins bien la mer, Hassan II roi du Maroc, par moments c'est comique. Sinon c'est touchant, il y a quelques coups de griffes également. Le tout servi par un ton vivant, direct, sans rallonger quoi que ce soit. Sans ordre chronologique non plus. Beaucoup aimé.

J'ai en outre commencé La Porte des Enfers, de Laurent Gaudé. Prenant, dramatique voilà le mot adéquat. Matteo, chauffeur de taxi, perd son fils Filippo "Pippo" à Naples en 1980.
Matteo aimerait se venger en s'en prenant au meurtrier présumé car son fils a péri lors d'une fusillade en ville.
Mais voilà, le fantastique fait irruption. La mort violente de Pippo a eu un retentissement jusqu'aux Enfers. Et la porte du monde d'en-bas va soudain être franchie dans l'autre sens: quelqu'un remonte pour obtenir justice...
Commencé avec deux choses très différentes:

"Le testament de William S.", la dernière aventure du couple Blake et Mortimer. Avec un côté littéraire puisqu'il s'agit du grand William.

"Bauhaus", par une multitude d'auteurs, sous la direction de Jeannie Fiedler. Ce pavé de six cents pages A4 retrace l'histoire de cette école active en Allemagne entre les deux guerres, ses ateliers, ses professeurs, les techniques. Bref, l'aventure complète de cette institution fermée pas les nazis.
Pages : 1 2 3 4 5
URLs de référence