Poster une réponse 
 
Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Sous la neige de novembre, je lis...
Oireb Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'739
Inscription : 24.02.2005
Message : #11
RE: Sous la neige de novembre, je lis...
Eh oui, les suite pour violoncelle de Bach sont magnifiques.

Ceci dit, samedi dernier, Silvia Härri donnait rendez-vous à Carouge pour une présentation-lecture de son premier roman.
Ce qui fait que j'ai un livre de plus Big Grin
Que je viens de terminer.
je connaissais la poétesse, la nouvelliste (auteure de nouvelles). J'ai découvert la romancière. Avec grand plaisir. L'histoire de ce garçon va être marqué par la maladie de sa soeur, d'une manière très forte et durable. Une histoire bien menée.

Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
22.11.2016 12:37
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
SouRam Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'219
Inscription : 02.09.2007
Message : #12
RE: Sous la neige de novembre, je lis...
La Mer dans une goutte d'eau.

Les éditions Noir sur Blanc ont réuni en un volume des reportages des Polonais Ryszard Kapuscinski et Hanna Krall.
Le premier, plus ou moins auréolé d'une célébrité internationale depuis la parution de son livre "Le Négus" sur l'empereur d'Ethiopie Haïlé Sélassié Ier, a fait parler de lui en 1955, à 23 ans, en écrivant un article "C'est également la vérité à Nowa Huta". Son article racontait que la vie dans la cité nouvelle Nowa Huta près de Cracovie était émaillée d'injustices, de dysfonctionnements, qu'on s'y prostituait, bref, rien de ce que la propagande voulait entendre... (Nowa Huta, Nouvelle-Fonderie).
Hanna Krall s'est intéressée comme R.K. aux destins individuels. Ils ne pouvaient pas procéder autrement dans la Pologne rouge. Du coup, le lecteur découvre diverses personnalités loin de tout tumulte, un bûcheron, un conducteur de locomotive, ou l'ambiance d'un bal de village. Intéressant parce que cela montre un pays réel à une époque où l'Europe était divisée en blocs.

J'avance dans Gilgamesh, roi d'Ourouk.
Robert Silverberg revient sur la figure de Gilgamesh. Dans un autre roman de SF, quel titre déjà ? "Au-delà..." et quelque chose (je l'ai libéré lors de la Convention Pirate de Bordeaux en octobre) Gilgamesh était l'un des personnages, avec Mao Zedong et Jules César, dans un outre-monde tumultueux.
Là, Dans ce livre, l'Etasunien connu pour "Les déportés du cambrien" a écrit une sorte de péplum mésopotamien (pas si courant...) A Ourouk, dans le sud de l'Irak actuel, Gilgamesh devient roi. Le roman s'inspire de "L'Epopée de Gilgamesh", un récit antique vieux de 4200 ans environ qui est au fond le plus ancien texte littéraire à nous être parvenu à peu près entier.
A cette lointaine époque, les rois déclarent descendre de divinités, on empoisonne des dignitaires pour qu'ils accompagnent un roi mort dans la tombe, etc. Intrigant, un côté homérique ne me déplaît pas.

"Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser" (Richard Bach)
(Ce message a été modifié le : 25.11.2016 08:20 par SouRam.)
25.11.2016 08:05
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Croquignolle Hors ligne
Membre Senior
****

Messages : 573
Inscription : 13.07.2011
Message : #13
RE: Sous la neige de novembre, je lis...
"L'enfant des cimetières" de Cédric Sire

Un tirage au sort a désigné ma prochaine lecture : ce polar me semble parfait pour ces semaines d'automne bien chargées.
http://www.bookcrossing.com/---/11358974/

« La lecture d’un roman jette sur la vie une lumière. » Louis Aragon
25.11.2016 19:19
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
sirius Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'054
Inscription : 30.11.2008
Message : #14
RE: Sous la neige de novembre, je lis...
Harry Potter et l'enfant maudit: une amie m'a prêté le livre et j'ai adoré me retrouver dans l’univers d'Harry qui m'a manqué.
26.11.2016 14:18
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
SouRam Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'219
Inscription : 02.09.2007
Message : #15
RE: Sous la neige de novembre, je lis...
J'ai profité de cette partie du week-end pour m'évader - afin de m'éloigner de moments pas très faciles à vivre ces jours - et finir Gilgamesh, roi d'Ourouk de Robert Silverberg.
R. S. s'inspire de récits vieux de 4200 ans environ.¨

- La fièvre se calme peut-être. Ai-je rêvé ?
- Tu as rêvé, tu as déliré, tu as parlé tout haut. Mais les remèdes ont du produire leur effet.
(p.257)

Enki vint en songe murmurer à l'oreille du roi Ziusudra: "Abandonne ton foyer, construis un navire !" Il dit à Ziusudra de faire le navire aussi large que long... et de prendre à son bord la semence de toutes les créatures vivantes... (p.277)

Alors, dans un langage voisin de celui des peuples du désert, l'homme-scorpion m'a dit: "Etranger, tu n'as rien à craindre de moi. Nous recevons si peu de visiteurs; ce serait pitié de les occire." (p.282)

La Suisse est un village.
Presque. Je n'habite pas exactement un village Smile Ou alors il est drôlement grand.

Blague à part, l'Aire réunit en un tome de courts articles d'auteurs sur différentes villes: Château-d'Oex (par Pierre-Yves Lador) Sion (par Alain Bagnoud), Schaffhouse (par Christian Campiche)...
Jean-François Berger raconte la Vallée de Joux.

C'est vivant, teinté d'humour, de nostalgie avec des anecdotes, des propos entendus dans la rue (à Lausanne, spécialement, dans ce volume).

"Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser" (Richard Bach)
(Ce message a été modifié le : 26.11.2016 22:42 par SouRam.)
26.11.2016 21:56
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
ptitemarjo Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'311
Inscription : 27.05.2009
Message : #16
RE: Sous la neige de novembre, je lis...
"Tant que nous sommes vivants" d'Anne-Laure Bondoux
pris dans une bookbox.

http://www.bookcrossing.com/journal/13663815
27.11.2016 10:06
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Oireb Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'739
Inscription : 24.02.2005
Message : #17
RE: Sous la neige de novembre, je lis...
"Feu d'orties", des poèmes de Denise Mützenberg.
Encore un ancien recueil déniché aux éditions Eliane Vernay lors du dernier salon de Genève.

Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
27.11.2016 15:40
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
SouRam Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'219
Inscription : 02.09.2007
Message : #18
RE: Sous la neige de novembre, je lis...
Ma vie de brigand, de Carmine Crocco.

La maison d'édition Anacharsis publie le récit de la vie, et des actions armées multiples, de l'Italien Carmine Crocco. Né dans le sud de l'Italie en 1830, mort en 1905 au pénitencier de l'Ile d'Elbe, C.C. a mené des brigands à lutter contre le pouvoir. En 1861, après l'unité italienne, C.C. a dirigé une rébellion en faveur de la restauration du Royaume de Naples qui venait d'être aboli. Ce livre rempli de récits d'attaques, de prises de villages, de pillages çà et là en Italie du Sud (Pouille, Basilicate notamment) permet de se faire une idée d'une page méconnue de l'histoire de l'Italie. Je l'ai trouvé à la fois effrayant et éclairant.

"Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser" (Richard Bach)
27.11.2016 18:59
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Oireb Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'739
Inscription : 24.02.2005
Message : #19
RE: Sous la neige de novembre, je lis...
"L'île au trésor" et "David Balfour", deux histoires de Robert Louis Stevenson, mais en BD dessinées par Hugo Pratt en 1980, alors qu'il était encore en Argentine.

Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
28.11.2016 12:15
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
SouRam Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'219
Inscription : 02.09.2007
Message : #20
RE: Sous la neige de novembre, je lis...
J'ai commencé "Le Don paisible" de Mikhaïl Cholokhov. Un livre que m'avait envoyé Bibounine, bookcrosseuse de Nîmes (elle a fondé l'OBCZ "Viens attendre à Nîmes" qui se situe dans la gare SNCF de la Colonia Nemausus, pour dire comme dans Astérix "Le Cadeau de César")
Dans le bassin du fleuve Don (c'est le "Don" du titre, le fleuve russo-ukrainien qui se jette dans la mer d'Azov, baie de la mer Noire) vivent des Cosaques. Grigori dit "Grichka" (surnom familier habituel de Grigori) est attiré par Aksinia.
Dépaysant. Intéressant récit d'un village, stanitsa, cosaque. Le tout dans une région minée aujourd'hui, déchirée par la ligne d'armistice entre pro-Ukraine et pro-Kremlin.

"Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser" (Richard Bach)
28.11.2016 23:30
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 


Aller à :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)