Poster une réponse 
 
Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
Tea Time Hors ligne
Membre Senior
****

Messages : 397
Inscription : 22.06.2010
Message : #11
RE: Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
A propos de descriptions..OIreb....je me régale avec La Vache de Beat Sterchi... auteur suisse. Ce roman paysan est génial, j'y ai même retrouvé les Parisienne Super de mon papa !
Seul bémol les passages aux abattoirs, où il m'arrive de sauter quelques paragraphes, car je ne veux pas non plus devenir végétarienne MDR
Et toute cette ambiance relationnelle de village, de jalousie, de se jauger, de se défier, est vraiment très bien amenée aussi.

http://www.bookcrossing.com/mybookshelf/Chocotime/
20.02.2017 14:15
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Oireb Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'739
Inscription : 24.02.2005
Message : #12
RE: Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
(20.02.2017 14:15)Tea Time a écrit :  A propos de descriptions..OIreb....je me régale avec La Vache de Beat Sterchi... auteur suisse. Ce roman paysan est génial, j'y ai même retrouvé les Parisienne Super de mon papa !
Seul bémol les passages aux abattoirs, où il m'arrive de sauter quelques paragraphes, car je ne veux pas non plus devenir végétarienne MDR
Et toute cette ambiance relationnelle de village, de jalousie, de se jauger, de se défier, est vraiment très bien amenée aussi.

c'est clair que la vie des abattoirs n'est pas très heureuse. Mais si on savait comme toute notre nourriture - pas rien que la viande - est traitée, nous pourrions nous laisser mourir de faim Cool

Heureusement, il y a la nourriture littéraire.
Repris "Oeuvre poétique 1952-1994" de Anne Perrier. La poétesse lausannoise nous a quittés en ce début d'année.

Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
20.02.2017 15:01
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Oireb Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'739
Inscription : 24.02.2005
Message : #13
RE: Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
encore apprécié ce Paris caché
http://www.bookcrossing.com/journal/14390363

Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
20.02.2017 22:05
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
ptitemarjo Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'311
Inscription : 27.05.2009
Message : #14
RE: Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
Tâche de ne pas devenir folle
http://www.bookcrossing.com/journal/13462368
21.02.2017 09:20
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
sirius Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'054
Inscription : 30.11.2008
Message : #15
RE: Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
(11.02.2017 16:45)ptitemarjo a écrit :  "Le cercle des femmes" Sophie Brocas

http://www.bookcrossing.com/---/13128600

Je l'ai lu dernièrement et beaucoup aimé... Smile
21.02.2017 19:44
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Ydam21 Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 878
Inscription : 07.04.2008
Message : #16
RE: Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
06h41 de Jean-Philippe Blondel.
Un récit qui met en présence deux personnes, ex-amants, se retrouvant assis côte à côte dans un train.
21.02.2017 21:04
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
SouRam Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'219
Inscription : 02.09.2007
Message : #17
RE: Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
(21.02.2017 21:04)Ydam21 a écrit :  06h41 de Jean-Philippe Blondel.
Un récit qui met en présence deux personnes, ex-amants, se retrouvant assis côte à côte dans un train.

J'avais beaucoup aimé. Entre Troyes et Paris, l'homme cherche une place assise et se retrouve pile près de son ex... fréquentée une vingtaine d'années auparavant.

Au bout du monde, de Nikolaï S. Leskov.
C'est l'un des livres que j'ai rapportés du vide-grenier des éditions L'Âge d'Homme de samedi 18 février. J'ai lorgné vers les auteurs slaves et les livres à 2 francs d'auteurs suisses.
Ce livre contient 3 récits, le premier, puis "Golovane immortel" et "Les conteurs de minuit".
Bien aimé l'aspect apocalyptique, hallucinant, fantastique de la tempête de neige d'Au bout du monde. Un aspirant missionnaire orthodoxe part dans le pays des Komis - un peuple autochtone de la famille des Lapons, je simplifie - mais c'est lui qui assiste à un rite chamanique. Il ne parvient qu'à douter, à craindre que son guide indigène l'abandonne au froid et à la mort lente par inanition, et il n'arrive pas à diffuser sa foi, cela ne marche pas.
"Golovane immortel" raconte la vie paysanne, les pèlerinages, les épidémies dont une forme de peste (?) Golovane est un guérisseur qui sauve des gens, d'où son surnom l'immortel.
Dans "Les conteurs de minuit", beaucoup de débats, des querelles, une jeune fille qui préfère la charité (nous dirions "l'humanitaire") au mariage, la tentation nihiliste, on débat de la société russe du XIXe siècle, du bien et du mal. Cela rejoint un peu "Au bout du monde": pas évident d'être le missionnaire de sa propre cause. Et Golovane lui ne prêche même pas, il agit et guérit les gens.

"Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser" (Richard Bach)
(Ce message a été modifié le : 21.02.2017 22:52 par SouRam.)
21.02.2017 22:30
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Oireb Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'739
Inscription : 24.02.2005
Message : #18
RE: Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
Les prix littéraires suisses viennent d'être attribués.
Le grand prix est allé à Pascale Kramer.
D'elle, j'ai déjà lu cinq livres, mais le souvenir qui m'en est resté est mitigé. Je me suis aperçu que le dernier que j'avais lu, c'était il y a cinq ans.
Grand prix oblige, je me suis dit qu'il fallait tenter la lecture du suivant sur la liste chronologique.
J'ai donc lu "L'adieu au Nord". Ce qui a confirmé mon impression.
C'est bien écrit, mais bien sombre: des personnages mal dans leur peau, quand la bière est le meilleur remède, comment s'étonner qu'ils s'enfoncent dans les problèmes de vie, de travail, de couple, de nourriture, etc.
Heureusement, mon moral est bon. Sinon, je ne garantis pas l'effet de cette lecture Undecided

Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
23.02.2017 16:05
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
SouRam Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'219
Inscription : 02.09.2007
Message : #19
RE: Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
La Grande Muraille est un roman écrit par un Japonais, Takeshi Kaikô.
Le narrateur, un Chinois, est soudain réquisitionné pour aller travailler sur le chantier d'une longue muraille, au 3e siècle avant l'ère chrétienne. Malgré l'avancement des travaux dans des conditions pénibles, des raids de nomades se multiplient: l'homme se demande à quoi ce long mur servira, du coup. Il n'empêche pas les attaques surprises des nomades Hiungnu. Le prisonnier rêve de fuir, de "poser les briques" et de rejoindre le désert. C'est court, brutal, on découvre l'étendue du pouvoir du nouvel empereur, sa cruauté et sa fragilité physique en même temps. Bien aimé; mais c'est le roman du despotisme, d'un régime en partie impuissant derrière les rituels du pouvoir.

"Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser" (Richard Bach)
23.02.2017 23:30
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
ptitemarjo Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'311
Inscription : 27.05.2009
Message : #20
RE: Pendant le mois le plus court, je me grouille de lire...
"La petite boulangerie du bout du monde" Jenny Colgan

Le livre du mois de mon cercle de lecture. Sympathique mais un peu trop à l'eau de rose à la fin....
26.02.2017 18:10
Trouver tous les messages de cet utilisateur Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 


Aller à :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)