Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Mars ou pile ami, lisons...
sirius Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'003
23
Inscription : 30.11.2008
#21
RE: Mars ou pile ami, lisons...
Reine du fleuve de Eva Ibbotson : un roman pour adolescent mais qui se lit bien aussi plus agé. Mala part de l'Angleterre pour rejoindre de lointains parents installé au Brésil. un livre à la Dickens mais au bord du fleuve Amazone
28.03.2017, 13:10
Oireb Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'801
90
Inscription : 24.02.2005
#22
RE: Mars ou pile ami, lisons...
Après Oirebette, lu:
"Mauvaises eaux", un roman policier danois de Inger Wolf.
Un livre des éditions Mirobole ramené de Bordeaux.
Un bonne histoire qui maintien bien le suspense jusqu'au bout.

Je l'apporterai mardi en avril puisque Ydam21 et Menelwe sont inscrites pour le lire.
Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
28.03.2017, 14:28
Oireb Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'801
90
Inscription : 24.02.2005
#23
RE: Mars ou pile ami, lisons...
"Pas le temps de courir", des poèmes de Stéphanie de Roguin.
Cette jeune Genevoise a obtenu, pour ces textes, le prix des écrivains genevois 2016.
Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
31.03.2017, 10:08
SouRam Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'200
126
Inscription : 02.09.2007
#24
RE: Mars ou pile ami, lisons...
(31.03.2017, 10:08)Oireb a écrit : "Pas le temps de courir", des poèmes de Stéphanie de Roguin.
Cette jeune Genevoise a obtenu, pour ces textes, le prix des écrivains genevois 2016.

Elle a été en effet primée. Et elle a travaillé trois mois dans la rédaction de mon journal, récemment.

Le Grand Roman Indien. Parodie de l'histoire de l'Inde entre 1916 et 1984, entre roman, histoire et influence de l'épopée Mahabharata, par Shashi Tharoor. Inattendu, bien aimé, il fallait oser parodier Gandhi ! Sa Marche du Sel - grande marche contre le monopole britannique du commerce du sel en Inde - devient la Marche des Mangues...

En cours de lecture, Une femme fuyant l'annonce, de l'écrivain israélien David Grossman.
Dense et long roman. Plus épais que Le Grand Roman Indien ! (C'est dire Smile )

Orah, mère d'Ofer, apprend à son grand désarroi que son fils Ofer, à peine son long service militaire terminé, se réengage dans une opération de l'armée... Elle blêmit et décide par superstition de filer de chez elle. Elle se dit: si je ne suis pas à la maison, personne ne pourra m'annoncer la mort d'Ofer en opérations, donc il ne va rien lui arriver. (D'où le titre: fuyant l'annonce...)
Voilà donc Orah en route vers le nord d'Israël, la Galilée. Elle y retrouve un ex-amoureux, Avram. A deux, ils font de la randonnée vers des coins sauvages de la Galilée, loin de tout, surtout - loin des nouvelles. Leurs retrouvailles les mènent à raconter les années de vie qu'ils n'ont pas partagées depuis leur séparation. Le lecteur est donc mené en excursus/excursion à son tour sur le GR, sentier grande randonnée de toute une histoire familiale: l'enfance d'Ofer, justement, des anecdotes prenantes, drôles, ou pas, et plein de désir de s'accrocher à ces souvenirs... Pas un roman aussi magistral que le "roman indien" de Shashi Tharoor, on peut trouver que la narration s'éparpille un peu mais il y a des moments forts tout de même.
"Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser" (Richard Bach)
(Ce message a été modifié le : 02.04.2017, 19:40 {2} par SouRam.)
02.04.2017, 19:27


Aller à :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)