Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
nouveau fil d'avril
ptitemarjo Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'272
68
Inscription : 27.05.2009
#1
nouveau fil d'avril
Je le recommence là car il me semble que l'autre s'est glissé dans une autre rubrique...

"Et puis, Paulette..." de Barbara Constantine...

Je fais un peu un cycle Barbara Constantine en ce moment car avant j'ai lu le ring de Mirajeu Tom, tout petit homme,.... 
Il me reste à la maison "allumer le chat" et "Voisins, voisines et Jules le chat" que je viens de découvrir dans la liste des livres que je lis pour mon boulot en littérature jeunesse...
J'aime beaucoup ce qu'elle fait car elle met en scène des personnages du quotidien mais qu'elle assemble pour créer une histoire simple qui fait sourire... Elle écrit sur la solidarité simple que l'on pourrait tous avoir au quotidien...

Dans son dernier titre "Et puis, Paulette, on fait la connaissance de Ferdinand seul dans sa ferme qui un jour invite une voisine à venir le rejoindre car celle-ci a des soucis avec son toit... Ils seront rejoints par Guy qui vient de perdre sa femme, .... Au fil des pages se constitue une jolie tribu qui s'entraide et amène une belle joie de vivre avec cette belle solidarité... Je ne dis pas tout pour ceux qui auraient envie de le lire...

Je vais donc continuer mon cycle de lecture avec plaisir de rester dans cette belle ambiance ;-)
09.04.2012, 19:18
sylviou Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'354
57
Inscription : 12.10.2005
#2
Re : nouveau fil d'avril
Et puis Paulette... lu il y a peu et beaucoup aimé. Et tu verras quelle joie également avec Allumer le chat. C'est le premier que j'avais lu d'elle, c'est le titre qui m'a fait rire en librairie et embarqué sans regret ce roman à la hauteur de son titre.

J'ai lu aujourd'hui (hé hé) La grand-mère de Jade, que j'avais en ring. La note est .

Lu Le Poète de Gaza :
Un roman qui se déroule en Israël. Le narrateur fait partie des services secrets israéliens et se voit confier une mission d'importance : réussir à amener le chef d'un réseau terroriste palestinien à terrain découvert pour qu'il puisse être assassiné. Il va pour cela s'introduire dans la vie de Dafna, romancière israélienne, dont l'un des amis proches est Hani, poète palestinien, le père du chef du réseau et à l'article de la mort.
Tout tourne autour du narrateur. Ses pensées, son désespoir, ses interrogations. Cet homme est pris dans un engrenage qu'il maîtrise de moins en moins, il se retrouve interdit d'interrogatoires après avoir tué un suspect palestinien pendant une garde à vue. Sa vie de famille part à vau l'eau, incapable qu'il est de ne pas faire de son travail sa priorité, avec toute la violence qu'il engrange et fait rejaillir autour de lui. Et les relations qu'il noue avec Dafna puis Hani vont colorer sa vie et ses certitudes de la teinte du doute.
Un roman très intéressant sur le fond. Mais l'écriture a gâché quelque peu mon plaisir : est-ce le style de l'écrivain (qui, au passage, est israélien, militant pour la paix dans son pays et procureur de métier) ? est-ce la traduction ? c'est pourquoi il n'est pas un coup de coeur.

Lu également Danse avec l'ange de Ake Edwardson. Un auteur suédois pour ce premier roman d'une série mettant en scène Erik Winter, commissaire à Göteborg. L'écriture est assez déroutante de prime abord pour un polar. J'ai eu le sentiment de voyager à l'intérieur des pensées de Winter plutôt qu'autour de l'enquête en elle-même. Comme une longue plongée en apnée. Tout est amené en douceur et c'est assez paradoxal car l'enquête tourne autour de plusieurs meurtres de jeunes adultes entre Göteborg et Londres, avec ramifications dans le porno hard, et c'est plutôt glauque. Mais l'écriture distille cette horreur par petites touches, tranquilles mais néanmoins pesantes au bout du compte.
J'ai aimé ce style particulier et vais sans aucun doute en lire d'autres de l'auteur.
"Réfléchir, c'est déranger mes pensées"
(Ce message a été modifié le : 09.04.2012, 19:51 {2} par sylviou.)
09.04.2012, 19:46
Oireb Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'802
90
Inscription : 24.02.2005
#3
Re : nouveau fil d'avril
Passé quelques jours à La Vallée.
Vu la météo, il y a eu le temps de lire:

"Tu es le père" de Jean-Claude Fontanet. Le Genevois nous raconte l'histoire d'un homme abandonné par sa femme juste après la naissance d'une fille, qu'il confie à ses parents. Mais à chaque visite, il l'a trouve malade et sale. Il finira par la reprendre en s'organisant pour l'assumer. Il la surprotège, la veut que pour lui. Au milieu du livre, on saute 10 ans et nous les retrouvons alors que la fille aborde l'adolescence. Comme lui n'a pas changé, ça ne va pas s'améliorer. Il finira dans la folie.
Je ne cherche pas les bouquins à l'eau de rose, mais là, la description de cette évolution ne m'a pas enchanté.

Aussi très noir, mais hélas très réaliste, "Tous rebelles", un livre de dessins de Martial Leiter. J'ai été à Bâle voir son expo au Cartoon Museum et j'en suis reparti avec ce livre. Je vous recommande les deux.

"Huit portraits de compositeurs sous le nazisme" de Michael H Kater, une des dernières parution des éditions Contrechamps. Ceux qui étaient juifs ou avaient des juifs dans leur famille n'ont pas eu le choix, il valait mieux s'expatrier. Les autres ont agi de manières très diverses, certains essayant de louvoyer selon les moments. Une situation guère enviable quand il faut manger. Reste que certains ont été plus clairs que d'autres, qui ont juste renié le nazisme après 1945...

Mais aussi lu deux petits bouquins de poésie:
"Du miroir la ronce" de Claire Krähenbühl (1982) et
"Mon visage nébuleuse" d'Alain Rochat (1984)

"Cronopes et Fameux" de Julio Cortazar. De courts textes de Pataphysique, donc une bonne récréation. Oirebette l'a aussi lu. Merci à Souram pour la découverte, il va partir chez Mimisucette.

Enfin, "Bonlieu ou le silence des Nymphes", texte de Bernard Clavel, avec des dessins de Jean-François Reymond. Bonlieu, c'est un lac français, dans le Jura. Un beau coin, en effet. Mais trop visité par les touristes qui ne respectent rien. Comme lui ramassait les détritus des autres, il a attiré l'attention d'un Faune qui le mettra au courant de bien des choses concernant cet endroit. Vraiment un très beau texte.
Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
(Ce message a été modifié le : 10.04.2012, 21:45 {2} par Oireb.)
10.04.2012, 20:23
ptitemarjo Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'272
68
Inscription : 27.05.2009
#4
Re : nouveau fil d'avril
Continué hier soir mon cyle d'une auteur par le titre jeunesse "Voisins, voisines et Jules le chat" de Barbara Constantine...
Bof, je n'y ai pas retrouvé son écriture que j'aime tant... Est-on obligé de changer de style pour écrire pour la jeunesse?
10.04.2012, 21:13
Imortality Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'867
52
Inscription : 28.07.2006
#5
Re : nouveau fil d'avril
Lu depuis le début de l'année tous les livres que m'avais envoyé Sirius : La série des *True Blood" du volume 2 à 7 et depuis le début du mois et bien les 3 derniers !
Ma fois je suis tombée dedans et je n'ai pas pu ressortir avant d'avoir fini les livres en ma possession ;-)

Sinon j'ai un peu de peine à noter tous les livres que je lis mais je suis en plein dans la *Mécanique du coeur* et il est vraiment génial Big Grin
11.04.2012, 17:46
sylviou Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'354
57
Inscription : 12.10.2005
#6
Re : nouveau fil d'avril
Ai lu hier Betty de Arnaldur Indridason, auteur islandais de polars.

J'ai a-do-ré!!

J'aime beaucoup Indridason, sa manière de raconter l'Islande, ses enquêtes, ses personnages récurrents.
Et j'étais tout à fait curieuse de voir ce qu'il allait nous raconter sans le commissaire Sveinsson.
Je n'ai pas été déçue.

Le narrateur nous raconte depuis le fond d'une cellule de prison ce qui l'a amené là. On sait tout de suite qu'il a été l'objet d'une machination. Qu'il aurait dû voir venir. Alors au fil du récit, j'ai été très attentive à voir venir, à saisir entre les lignes ce qui se tramait. J'ai pas été plus maligne que les autres, et je n'ai rien vu venir :-) pfiou! Page 113, là où la révélation se fait jour, j'ai arrêté la lecture, feuilleté la première partie pour voir où j'aurais dû "voir venir"...

Ce basculement dans la manière de reconsidérer toute la situation est impressionnant. Mais il n'est pas la seule qualité de ce livre.
La machination est bien huilée, bien amenée. Et au-delà de celle que Indridason inflige à son lecteur, c'est celle dans laquelle s'est enferrée son narrateur qui est implacable.
Et puis il y a cette ambiance de "vrai" polar, comme un vieux film noir, les images viennent toutes seules. Une femme fatale, Betty, qui n'en peut plus d'être fatale et qui lance ses filets, tranquille et imperturbable. Champagne et volutes de fumée. Un polar très cinématographique, oui.
L'écriture est également très agréable, entre les chapitres de descriptions de situations, dialoguées, et les parties de monologues intérieurs du narrateur, qui essaie de comprendre comment il en est arrivé là, à croupir au fond d'une prison.

C'est le deuxième bouquin que je lis cette semaine avec un basculement si radical que toute la vision que l'on a des pages précédentes en est bouleversée. L'autre était, dans un tout autre style, La grand-mère de Jade, que j'ai commenté il y a deux jours. C'est un bonheur de se faire balader comme cela  Big Grin
"Réfléchir, c'est déranger mes pensées"
(Ce message a été modifié le : 12.04.2012, 13:53 {2} par sylviou.)
12.04.2012, 12:30
ptitemarjo Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 1'272
68
Inscription : 27.05.2009
#7
Re : nouveau fil d'avril
Quel enthousiasme livresque!
ça met du baume au coeur ce message si positif ;-)


(12.04.2012, 12:30)sylviou link a écrit :Ai lu hier Betty de Arnaldur Indridason, auteur islandais de polars.

J'ai a-do-ré!!

J'aime beaucoup Indridason, sa manière de raconter l'Islande, ses enquêtes, ses personnages récurrents.
Et j'étais tout à fait curieuse de voir ce qu'il allait nous raconter sans le commissaire Sveinsson.
Je n'ai pas été déçue.

Le narrateur nous raconte depuis le fond d'une cellule de prison ce qui l'a amené là. On sait tout de suite qu'il a été l'objet d'une machination. Qu'il aurait dû voir venir. Alors au fil du récit, j'ai été très attentive à voir venir, à saisir entre les lignes ce qui se tramait. J'ai pas été plus maligne que les autres, et je n'ai rien vu venir :-)) pfiou! Page 113, j'ai arrêté, feuilleté la première partie pour voir où j'aurais dû \"voir venir\"...

Ce basculement dans la manière de reconsidérer toute la situation est impressionnant. Mais il n'est pas la seule qualité de ce livre.
La machination est bien huilée, bien amenée. Et au-delà de celle que Indridason inflige à son lecteur, c'est celle dans laquelle s'est enferrée son narrateur qui est implacable.
Et puis il y a cette ambiance de \"vrai\" polar, comme un vieux film noir, les images viennent toutes seules. Une femme fatale, Betty, qui n'en peut plus d'être fatale et qui lance ses filets, tranquille et imperturbable. Champagne et volutes de fumée. Un polar très cinématographique, oui.
L'écriture est également très agréable, entre les chapitres de descriptions de situations, dialoguées, et les parties de monologues intérieurs du narrateur, qui essaie de comprendre comment il en est arrivé là, à croupir au fond d'une prison.

C'est le deuxième bouquin que je lis cette semaine avec un basculement si radical que toute la vision que l'on a des pages précédentes en est bouleversée. L'autre était, dans un tout autre style, La grand-mère de Jade, que j'ai commenté il y a deux jours. C'est un bonheur de se faire balader comme cela  Big Grin
12.04.2012, 13:46
Ydam21 Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 926
49
Inscription : 07.04.2008
#8
Re : nouveau fil d'avril
Alors, un petit point en cette presque mi-avril. Ai terminé Le Saint Office de Maurice Rheims (rescapé du brunch): de l'ironie, une pointe de sarcasme, je connaissais pas et j'ai aimé. Pour meubler quelques heures de train je prends avec moi Attirances de Didier van Cauwerlaert et pour le retour ce sera L'ombre de ce que nous avons été de Luis Sepulveda.
(Ce message a été modifié le : 12.04.2012, 15:28 {2} par Ydam21.)
12.04.2012, 15:24
sylviou Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'354
57
Inscription : 12.10.2005
#9
Re : nouveau fil d'avril
J'ai lu cet après-midi, pendant que la pluie tombait et que j'attendais au bistro (ben oui, j'avais oublié mon parapluie) Nagasaki de Eric Faye.

Une longue nouvelle, vite lue, inspirée d'un fait divers survenu au Japon en mai 2008.

Un très bon moment de lecture, tout en délicatesse.

Le narrateur s'appelle Shimura-san, est météorologue, employé modeste et sans histoire, célibataire dans la cinquantaine, solitaire et seul.
Une inquiétude qui s'installe lentement, presque fugitivement; la sensation que chez lui, des objets imperceptiblement se déplacent; un frigo dont la nourriture disparaît; peut-être?
Je n'ai pas envie d'en dire plus sur le reste de l'histoire, de ce que Shimura-san va faire, de ce qui va entrer dans sa vie. C'est une trop courte et surprenante lecture pour la déflorer.

Beaucoup de finesse dans cette centaine de pages, une belle écriture et quelques portes ouvertes à la réflexion sur la solitude et les rapports humains dans les grandes villes de notre siècle.
"Réfléchir, c'est déranger mes pensées"
12.04.2012, 22:33
Oireb Hors ligne
Super posteur
*****

Messages : 2'802
90
Inscription : 24.02.2005
#10
Re : nouveau fil d'avril
"Sur Israël" de Friedrich Dürrenmatt.
Choisi ce livre parce que j'allais voir ses caricatures à Neuchâtel et vu la polémique actuelle autour du poème de Günter Grass.
Ce livre a été écrit après un voyage effectué en 1975, donc avec une situation bien différente d'aujourd'hui.
Si, à l'époque, comme il le dit, on traitait les pays Arabes de démocraties de gauche et Israël de pays capitaliste, il pense que c'était le contraire. Aujourd'hui, les révolutions populaires arabes débouchent sur un renforcement des partis religieux. En Israël, sans révolution, c'est la même chose, la droite nationaliste et religieuse a de plus en plus de pouvoir. Autant dire que la seule solution qu'il envisage pour durer, la paix, n'est pas prête d'arriver.
Il profite pour revisiter l'histoire des trois religions monothéistes de manière historique et ironique.
Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
13.04.2012, 08:38


Aller à :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)