Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
En ce mois de Saint-Valentin, je lis:
#1
en ces jours pluvieux je lis Le problème avec Jane de Catherine Cusset dans le cadre du défi des paresseux 2013; un livre dont le titre contient un prénom.

Jane ne recevait jamais de paquet chez elle. Elle le prit. Solide, rectangulaire et plutôt lourd: sans doute un livre. Elle se battit contre l'enveloppe rembourée, agraphée et collée. Elle en sortit une chemise en carton jaune.(...) La chemise contenait un manuscrit en feuilles détachées.
Sur la première page, elle lu: 
                                                     
                                                    LE PROBLEME AVEC JANE
                                                                  roman

Pas de nom d'auteur, pas de nom d'expéditeur...
#2
La grippe qui me confine chez moi a un avantage: j'ai pu lire de petits livres:
Le Visage effleuré de peine de Gisèle Prassinos, Contre Venise de Régis Debray, L'un pour l'autre de Nathalie Rheims.

Gisèle Prassinos mêle amour, merveilleux et fantastique dans "Le Visage effleuré de peine". Une femme nommée Essentielle est mariée à un chercheur bionique équipé d'un crâne métallique abritant un cerveau artificiel. Un jour, ce cerveau tombe en panne. L'homme bionique, ancien mineur de fond, perd la boule, se met à vouloir creuser des trous et percer les murs comme s'il se croyait de nouveau à la mine. Essentielle trouve l'aide d'un technicien, elle a elle-même appris l'horlogerie pour comprendre les rouages de son mari, puis elle part pour la G.-B. faire "réparer" son conjoint. Original, plutôt bien aimé, même si l'impression serrée, en petit, les citations noyées dans les blocs texte et à peine repérables, ça n'aide pas à lire commodément.
Régis Debray prend le contre-pied de l'engouement pour Venise, lui préfère Naples. Pas phénoménal. Un exercice de style intellectuel.
Nathalie Rheims - la soeur de la photographe Bettina Rheims, la fille de Maurice Rheims l'écrivain - aime, si je suis bien sa démarche, rendre floue la séparation entre réalité et fiction. 2e roman de N.R. que je lis. Une femme en deuil de son frère reporte l'affection qui le liait à lui sur l'acteur de cinéma Charles Denner. Insolite. Empreint d'émotion.
"Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser" (Richard Bach)
#3
Les trois roses jaunes, que j'avais pris au brunch.

Avant de l'envoyer comme récompense au jeu du pendu!
#4
"Cuisinier" de Martin Suter. Un roman original et bien documenté comme toujours chez cet auteur. Un réfugié Tamoul passionné de cuisine s'essaye en douce à la cuisine moléculaire. Avec une amie il monte une entreprise de cuisine à domicile qui vend des repas aphrodisiaque. Une histoire qui parle de clandestinité, de conflit culturel, de guerre civile, de trafic d'armes, et aussi d'amour...
La liberté ce n'est pas faire ce qu'on veut, c'est vouloir ce que l'on fait. Pierre Cros.<br />ma bibliothèque <br />ma liste de souhaits
#5
(02.02.2013, 14:41)labrune link a écrit : \"Cuisinier\" de Martin Suter. Un roman original et bien documenté comme toujours chez cet auteur. Un réfugié Tamoul passionné de cuisine s'essaye en douce à la cuisine moléculaire. Avec une amie il monte une entreprise de cuisine à domicile qui vend des repas aphrodisiaque. Une histoire qui parle de clandestinité, de conflit culturel, de guerre civile, de trafic d'armes, et aussi d'amour...
Je l ai aussi lu il y a quelques temps et j ai beaucoup aimé. C est celui que j ai préfère de l auteur actuellement. 
#6
Après les poèmes de Tagore, changement de style avec :
"L'hygiène de l'assassin" d'Amélie Nothomb.
Ca fait une éternité que je n'ai rien lu d'elle. Mais j'avais beaucoup aimé à l'époque.
En plus, il me permet d'avancer dans mon défi ABC ;-)
« La lecture d’un roman jette sur la vie une lumière. » Louis Aragon
#7
Profité de 3 jours à la Vallée de Conches pour alterner ski de fond et lecture  Big Grin

- "Blanche-neige doit mourir"  de Nele Neuhaus chez Actes Sud. Un polar allemand pour changer de ceux du Nord aux noms impronoçables  Big Grin
Très prenant, j'avais de la peine à le lâcher.

- "Le grand cahier" Agotha Kristof.  Il y a longtemps que je voulais lire quelques titres de cette auteure vivant à Neuchâtel avant son décès.  Un style étonnant et 2 jumeaux assez incroyables et violents...

- "Regards d'ailleurs" Valérie Kernen et Alain Margot. Un livre sur pour mettre en avant la diversité culturelle du canton de Neuchâtel avec quelques parcours de personnes étrangères.
#8
-Tout sur le loup... et le reste  d'Ariane Goetz.

Un album-documentaire pour les 10 -102 ans sur le loup par une jeune auteure suisse.
Très bon travail scientifique et surtout beaucoup d'humour dans les nombreuses illustrations accompagnant les textes.
[Image: 9782746506404.jpg]
#9
(04.02.2013, 00:56)Croquignolle link a écrit : Après les poèmes de Tagore, changement de style avec :
\"L'hygiène de l'assassin\" d'Amélie Nothomb.
Ca fait une éternité que je n'ai rien lu d'elle. Mais j'avais beaucoup aimé à l'époque.
En plus, il me permet d'avancer dans mon défi ABC ;-)

Je me rappelle qu' "Hygiène de l'assassin" a été le tout premier livre d'Amélie Nothomb que j'ai lu, et j'avais beaucoup aimé.
&quot;Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser&quot; (Richard Bach)
#10
J'ai lu un roman hybride, qui touche à deux genres au moins: Meurtre à Byzance de Julia Kristeva. Tout démarre comme un polar, et il y a une intrigue policière, un tueur massacre des gens et grave des 8 sur la peau de ses victimes. Un prof d'Université accomplit également un acte criminel et prend la fuite à travers l'Europe de l'Est. Je ne vais pas détailler, le roman est assez épais Smile C'est autant un thriller qu'une satire sociale de la vie branchée, occidentale, parisienne, de la jet set Ironie, cynisme et dérision parsèment le chemin du lecteur. Le fugitif, d'origine bulgare, a une passion: il "aime" une femme du 12e siècle (!) Anne Comnène (elle a réellement existé) princesse byzantine et première historienne connue, et il se croit le descendant d'un guerrier médiéval de la 1ère croisade (je résume: la 1ère croisade c'est tout une suite d'événements que je ne vais pas développer ici, rassurez-vous Smile Julia Kristeva - connue pour ses écrits de théorie littéraire par ailleurs, pour aller vite - éclaire çà et là le lecteur sur la Bulgarie (elle y est née) sur Byzance... Par moments un peu bavard mais ça fait partie de l'exercice, montrer des personnages ayant toujours leur mot à dire, mais enfin, j'ai plutôt aimé. - ça ne se passe pas à Byzance pour l'essentiel, mais entre les Balkans et une ville emblématique, Santa Barbara, caricature de la ville moderne, pas spécialement la Santa Barbara californienne.
&quot;Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser&quot; (Richard Bach)


Aller à :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)