Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
En attendant le dégel je lis...
#31
"Dans ma peau" de Guillaume de Fonclare
http://www.bookcrossing.com/---/11782283

Une fois de plus, je navigue entre les registres, les styles et les ambiances. Après la légèreté et la simplicité d'Odette Toulemonde, je m'embarque dans les méandres de la dureté d'un corps qui tient son homme prisonnier.
« La lecture d’un roman jette sur la vie une lumière. » Louis Aragon
#32
"Vauban, sa vie, son oeuvre", un livre publié par les Amis de la Maison Vauban.
Son nom nous fait tout de suite penser aux fortifications. Ce livre en décrit une série, tout autour de la France.
Mais il rapporte aussi ses idées qu'il n'a pas hésité à rendre publiques, même quand elles n'étaient pas en accord avec celles de son roi, Louis XIV.
Quelques exemples:
Sur la guerre: "La guerre a pour père l'intérêts, pour mère l'ambition; et pour proches parents toutes les passions qui nous conduisent au mal. Elle a paru en ce monde aussi tôt que les premiers hommes." Pas très optimiste mais hélas prouvé chaque jour.
Au niveau de l'urbanisme, il a créé nombre de casernes afin de faire cesser l'habitude de loger les soldats chez l'habitant.
"Quiconque voudra faire bâtir doit premièrement se proposer de faire la cage pour l'oiseau: c'est-à-dire de proportionner son bâtiment au revenu de sa terre, à sa condition, à ses besoins, et surtout au moyen qu'il a de pouvoir sortir à son honneur."
Il s'est aussi prononcé sur l'élevage des cochons, estimant que chaque paysan peut en avoir un, qu'il nourrit avec les déchets et restes, ce qui lui assure de la viande.
"La politique qui ne se donne aucun soin de ménager l'amitié des peuples et qui, loin de là, les vexe tous les jours de plus en plus par de nouveaux impôts jusqu'à leur ôter le pain et tous les moyens de subsister, est injuste et ne vaut rien, et que c'est le plus grand hasard du monde si, tôt ou tard, elle n'aboutit à des évènements capables de jeter la monarchie dans un grand péril."
Lors de la révocation de l'Edit de Nantes, il tentera d'infléchir la décision du roi, argumentant de la saignée de personnes, de connaissances, d'argent que cela va produire. Notre Jura horloger peut remercier le roi d'avoir maintenu sa décision...
Il écrira aussi un livre sur "La dîme royale". A l'époque, tout une série d'impôts et taxes étaient prélevés. La noblesse, le haut clergé les fermiers généraux, des fonctionnaires et hauts tenant du régime en étaient exemptés. C'est dire que la charge reposait sur le Peuple qui pouvait crever de faim. Il proposant donc un impôt unique, à payer en fonction des revenus, et touchant tout le monde. Son livre a été saisi et brûlé!
Chez nous, dans notre belle démocratie, ce n'est toujours pas le cas trois siècles plus tard  8)
Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
#33
Pour terminer mon défi paresseux, j'entame "Trois carrés rouges sur fond noir" de Tonino Benacquista que j'ai reçu dans la surprise box de Choupinou.
http://www.bookcrossing.com/journal/11685261/
« La lecture d’un roman jette sur la vie une lumière. » Louis Aragon
#34
Tenté de lire un bouquin ramassé lors du brunch à Yverdon. BOF!
www.bookcrossing.com/journal/11653152
Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
#35
Terminé un autrte aussi pris à Yverdon:
"De papier et d'acier"
Commentaire sous:
www.bookcrossing.com/journal/11484384
Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre; on ne paye que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. L. I. Kahn
#36
Une forêt cachée Eric Dussert a fait réunir en un volume ses 156 chroniques du Matricule des Anges. Cent cinquante-six portraits d'écrivains oubliés, voilà le propos d'E.D. Forcément, un livre épais, dense, bourré de références à la vie artistique, sociale, politique entre le 18e et le 20e siècle. Même quand un portrait tient en 3 pages, le lecteur est plongé dans les luttes d'idées (voire davantage: il y a 14-18 dans ce livre) et des anecdotes souvent emblématiques d'une époque.
Quelques Suisses: Claude Anet (1868-1931) de son véritable nom Jean Schopfer, né à Morges; Louis Dumur, Genevois.
Tous ces oubliés (publiés puis oubliés) ne sont pas morts dans leur lit: un fusillé (Tony Moilin, utopiste, auteur en 1869 de Paris en l'an 2000, exécuté en 1871 après la Commune) des morts dans les tranchées, un tué en duel...
Alphonse Karr, Kenneth Grahame (Le Vent dans les saules) Tristan Derème (Patachou, petit garçon) qui inspira St-Ex pour son Petit prince, Nadiéjda A. Teffi (romancière russe 1872-1952) ou le librettiste Etienne de Jouy figurent dans ces 156.
"Il ne t'est jamais donné de rêve sans le pouvoir de le réaliser" (Richard Bach)
#37
Lonesome Dove de McMurtry, c'est un bouquin de 1985 et l'auteur a obtenu le prix Pulitzer.
Le roman raconte la fin du Far ouest, à travers le destin de Rangers qui ont passés leurs vies à combattre les Indiens.. Il est vraiment super surtout quand il gèle Big Grin
Mais quand il fait mauvais j'avoue que je joue aussi sur l'ordinateur au rami, à la belote et encore plein d'autres...
Mais là comme les beaux jours reviennent, il faut changer de topic non ? Tongue
Je propose : Quand les beaux jours reviennent je lis .... un auteur suédois pour avoir froid dans le dos comme Henning Mankell Big Grin





« Il faut être mobile, curieux, cosmopolite. La rigidité, autrefois pôle de stabilité, est devenue mortelle. »<br />de Cédric Bannel


Aller à :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)